ClickCease

La VR et l’AR sont-elles le juste chemin pour Meta anciennement Facebook ?

La VR et l'AR sont-elles le juste chemin pour Meta anciennement Facebook ?

Le passage du statut de visage des médias sociaux à celui de visage du métavers s’accompagne d’investissements financiers et de pertes actuelles. Mark Zuckerberg a prévenu les investisseurs de Meta lors de la présentation des résultats financiers de 2021 et de la croissance prévue pour 2022. Mais ce virage vers le marché de plus en plus concurrentiel de la RV et de la RA et vers le métavers est-il un pari sûr ?

Pourquoi l’action de Meta a-t-elle plongé pour la première fois de son histoire ?

Le 2 février 2022, les actions de Meta Platforms Incorporated, la société mère et propriétaire de Facebook, ont plongé de plus de 26%, effaçant près de 240 milliards de dollars de sa valorisation, soit plus que le PIB total du Portugal. Un repli historique qui se classe comme la plus forte baisse depuis ses 10 ans Le passage du statut de visage des médias sociaux à celui de visage du metaverse s’accompagne d’investissements financiers et de pertes actuelles. Tels ont été les avertissements de Mark Zuckerberg aux investisseurs de Meta’s lors de l’appel à résultats pour les performances financières de 2021 et la croissance attendue pour 2022. Mais ce virage vers le marché de plus en plus concurrentiel de la VR et de l’AR et vers le metaverse est-il un pari sûr ? Le maintien en bourse et la perte d’un jour dans l’histoire des entreprises publiques américaines. Cependant, cette baisse fait partie du plan metaverse selon Zuckerberg.

À première vue, cela s’explique par le fait que, pour la première fois en 18 ans d’histoire de Facebook, le nombre de ses utilisateurs a chuté en raison du fait que les jeunes se sont tournés vers d’autres plateformes telles que TikTok et YouTube.

Il convient de mentionner que Facebook bénéficie toujours de l’explosion du nombre d’utilisateurs actifs quotidiens (DAU, daily active users), qui atteindra 1,9 milliard au quatrième trimestre 2021, la baisse n’étant que de 10 millions de DAU, soit 0,5 %. Cependant, ce n’est pas qu’il s’agit d’une baisse substantielle – c’est qu’il s’agit d’une baisse, qui a effrayé les investisseurs.

Le piège se cache dans les détails, car les recettes publicitaires au début de chaque année rapportent la plus faible évaluation. Combiné à cela, les entreprises ont déclaré des arriérés et des ralentissements de leurs chaînes d’approvisionnement en raison de la pandémie, ce qui entraîne une diminution des dépenses publicitaires en général, Facebook inclus. Ajoutez à cela les complications sociales avec lesquelles Meta se débat encore à cause des lanceurs d’alertes et les nouveaux changements apportés par Apple à sa politique de confidentialité en interdisant les IDFA, ou Apple ID for Advertisers. En supprimant l’empreinte numérique que chacun d’entre nous laisse, en ne pouvant plus relier notre comportement numérique à des fins publicitaires sur les produits d’Apple, Facebook compris.

Mais ce sont les cours sous-jacents de ce qui semble être un comportement surréactif des investisseurs et des marchés boursiers. Ce que cela indique, c’est la direction que prend Meta. Comme l’a dit Brad McMillan, responsable des investissements pour Commonwealth Financial Network : « La question est de savoir d’où viendra le prochain moteur de croissance ». Meta parie sur un avenir dans le métavers et le métavers n’est pas bon marché.

Le pivotement de Meta dans le metaverse

Outre le changement de nom de Facebook à Meta en 2021, cette même année a également vu Meta investir 10 milliards de dollars dans le développement du metaverse, combiné aux nouvelles embauches centrées sur le metaverse telles que Andrew ‘Boz’ Bosworth en tant que nouveau CTO.

Comme les estimations varient beaucoup dans la construction du metaverse, 10 milliards de dollars ne suffiront pas, et Mark Zuckerberg le sait.

La preuve en est la performance financière de Reality Labs sous l’égide de Meta Platforms. Plus de 10 milliards de dollars de perte nette ont été consacrés à la construction du métavers, mais si l’on regarde la croissance des revenus, on constate des résultats positifs significatifs.

Les revenus des casques Meta Quest et des ventes de logiciels connexes du Quest Store augmentent de trimestre en trimestre. En fait, en 2021, Reality Labs a déclaré 2,3 milliards de dollars de revenus. Soit, à peu près le même montant que celui pour lequel Facebook a acquis Oculus en 2014 : il récupère symboliquement son prix d’achat.

La raison de la perte nette de Reality Labs est son ses dépenses en R&D, similaire à tout autre conglomérat technologique comme IBM, Alphabet et Amazon, dépensant beaucoup plus en R&D que tout autre secteur industriel. Mark Zuckerberg est parfaitement conscient de cette perte nette de Reality Labs et de son origine, il en a franchement averti les investisseurs, leur disant que c’est la voie à suivre vers le métavers.

Le pari de Meta sur le métaverse est-il bon ?

Les gros titres qui dépeignent un déclin historique pour Meta sont vrais, mais ils obscurcissent le raisonnement qui se cache derrière et le potentiel de ce que peut être le metaverse. Comme Mark Zuckerberg le dit dans le rapport annuel de 2021 : « Je suis encouragé par les progrès que nous avons réalisés l’année dernière dans un certain nombre de domaines de croissance importants comme […] la réalité virtuelle, et nous continuerons à investir dans ces domaines et d’autres priorités clés en 2022, alors que nous travaillons à la construction du metaverse ».

Il est difficile de dire si le metaverse vaudra son important investissement en capital. Eric Sheridan, analyste chez Goldman Sachs, et Brian Nowak, analyste chez Morgan Stanley, prédisent que le metaverse pourrait représenter une opportunité de 8 milliards de dollars, tandis que Bloomberg Intelligence prévoit que le marché atteindra 800 milliards de dollars d’ici 2024. Mais comme le sait très bien Zuckerberg, « ce n’est pas un investissement qui va être rentable pour nous dans un avenir proche ».

Ce qui est évident, c’est que Reality Labs augmente rapidement ses revenus, en doublant grossièrement ces deux dernières années. Par la suite, de 501 millions de dollars en 2019 à 1,1 milliard de dollars en 2020 et 2,3 milliards de dollars en 2021.

Le fait que Reality Labs enregistre une perte n’a rien de surprenant dans sa vision de la construction d’un Internet 3D, tandis que le prix des casques Meta Quest est bien inférieur aux normes du marché, probablement subventionné à perte par unité. Il ne s’agit pas de se laisser emporter par les baisses historiques des actions mais de regarder les plans envisagés pour construire l’avenir de l’Internet qu’est le métavers.

Conclusion

Pour la première fois dans l’histoire de Facebook, le nombre d’utilisateurs actifs quotidiens a connu une légère baisse, conjuguée à la tempête parfaite d’autres facteurs négatifs pour le géant des médias sociaux, ce qui a effrayé les investisseurs. Cependant, la fixation est sur le visage changeant des médias sociaux et une perte nette de Meta Platforms Reality Labs.

La perte subie par Reality Labs découle de ses investissements en R&D pour la construction du métavers et de l’avenir prospectif d’un Internet incarné par la réalité virtuelle.

Les estimations de la valeur de la construction d’un métavers et de ses étapes vers la conception varient largement, mais même les plus appréhensifs indiquent un avenir lucratif pour Meta Platforms et la réalité virtuelle en général.

La réalisation de cet avenir coûtera des pertes à court terme et c’est ce que nous constatons actuellement. Cependant, la performance rapide des revenus du département de réalité virtuelle de Meta Platforms, Reality Labs, témoigne non seulement de son potentiel actuel mais aussi de ses perspectives lucratives.

Discussion

Laisser un commentaire

Fermer le menu
You are now on the VR Expert Business site in the International region
×

Panier